Kime un verrouillage en aïkido, trahison ou harmonie?

Hiji kime osae

Carte 31 Hiji kime osae

Si 決め Kime peut être traduit par « détermination », « volonté », l’utilisation de ces termes peut prêter à confusion avec un sentiment. Kime est très nettement un acte dans sa forme Ude kime nage par exemple.. La traduction « poussé à l’extrême » ou « sans retour » que l’on trouve parfois dans la littérature serait plus juste même si l’on rend l’idée du substantif (kime) par un adjectif (poussé). Elle soulève la question de la traduction unique. Le terme de verrouillage, substantif, est celui que nous avons retenu pour la « traduction » sur les cartes kanji. Ce terme pourrait-être discuté par ceux qui refusent toute idée de blocage et d’interruption du mouvement en aïkido. Si l’on est proche du blocage, nous concevons pour ce 決め Kime une notion de seuil, comme au niveau de la transition in-yô, ce passage subtil entre le yin et le yang où on ne « détermine » plus mais on accompagne au mieux (notion de aï harmonie) un mouvement prédéterminé. C’est ici le sens de verrouillage.

Le terme Kime est présent dans les cartes suivantes du jeu AikidoKRD : 31 – Hiji kime osae ; 36 – Ude kime nage

Publicités
Galerie | Cet article, publié dans Le mot juste, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Kime un verrouillage en aïkido, trahison ou harmonie?

  1. Ryugo dit :

    En iaido – Omori Ryu par exemple – il existe de nombreux kime, notamment en fin de geste de coupe, ou en fin de phase de kata.
    Ils n’existent que pour laisser la possibilité plus tard – lorsqu’on se libère de la forme contrainte du kata – de faire autre chose que la suite prévue.
    Les « kime » y délimitent aussi l’esprit des différentes parties : La coupe (kiritsuke)- active et martiale, l’égoutage du sang (chiburi) – esprit de menace et concentration vigilante, et rengainage (noto) – retour vers l’apaisement en état de vigilance.

    La notion de bloquage est donc exclue. Le sens va plutôt vers l’image de l’arrivée à un croisement de route où on pourrait changer de direction ou d’état d’esprit : Le kime avec le sabre brandit au dessus de la tête exprime ma menace (sémé)… Je coupe et tue ? Je l’abaisse lentement pour contrôler ?
    Je vois donc dans « kime » les sens d’arrêt sans idée de « fin » et l’image d’un croisement… de bras, d’idée, de voie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s