Celui qui unit Ciel et Terre

Couverture du livre "Celui qui unit Ciel et Terre"Ce livre est une autobiographie de Goi Masahisa (1916-1980). Ueshiba Morihei, fondateur de l’aïkido, malgré sa rencontre tardive avec lui en 1960, disait : « Hormis Maître Goi, il  n’y a personne qui connaisse mon cœur. » Réciproquement Goi Masahisa disait d’O’ Sensei « Petit corps d’un mètre cinquante, corps de quatre-vingt ans, cet homme pourtant se dilate à tout l’univers et se connaît parfaitement. Quelle que soit la taille de l’armée, quel que soit le nombre de ses vis-à-vis, cet homme devenu le vide, aucun ne peut le renverser. »

Passionnant, drôle et original, ce livre se lit d’une traite et aborde de façon simple la dimension mystique de la spiritualité japonaise. Ecrit à la première personne, on accompagne réellement Goi Masahisa tout au long de sa vie, on participe à des séances de parapsychologie, on le suit dans la rue refaisant 100 fois le même parcours pour essayer de trouver le vide et ne prendre aucune décision lorsqu’il marche, on le découvre guérisseur, communiste,… Un seul regret, ne pas avoir dans cet ouvrage un passage consacré  à sa rencontre et à ses échanges avec Maître Ueshiba. Très certainement un des livres les plus marquant que j’ai pu lire ces derniers mois.

Au fil des pages, on découvre un être exceptionnel, hors normes. Ses yeux de citoyen ayant un recul peu commun, nous permettent de comprendre le Japon de la guerre et de l’après-guerre. On suivra la déclaration de guerre, la façon avec laquelle le peuple japonais ne pouvait croire à la défaite puis le choc de celle-ci. Elément déclenchant s’il en est dans le parcours de Monsieur Goi, parcours spirituel qui le mènera à l’éveil.

Poète, maître de chant, spécialiste en ressources humaines et culturelles, de nombreux passages de sa biographie font penser à la philosophie aïki et expliquent à quel point il a pu être proche d’O’Sensei. Tel cet extrait, poésie écrite dans la nuit suivant l’annonce de la défaite du Japon le 15 août 1945. « Victoire et défaite ne me concernent pas, Mon esprit se purifie pour servir le monde. »

Goi Masahisa décrit le parcours de sa vie dans un style limpide très « européen » qui du coup rend l’abord de nombreuses notions de la philosophie orientale limpide ! C’est probablement ce qui m’a le plus séduit dans ce livre, son côté simple, naturel et sans prétention que l’on est loin de retrouver dans beaucoup d’ouvrages écrits par des occidentaux… Le discours apparait comme vrai, accessible et profond. On comprendra à la fin du livre que cette clarté d’explication n’est pas étrangère au parcours de sa vie passée à  mettre son savoir à la portée de tous abandonnant ainsi son côté très prosélyte ardent qui lui a valu bien des déboires lors de son implication profonde avec l’école de pensée Seicho-No-Ie dirigée par maître Taniguchi (Schématiquement, il existe deux types de pensées : verticale et horizontale, la pensée verticale permet de s’affranchir des malheurs de la vie phénoménales qui sont des formes disparaissantes du karma).

Un livre rempli de trésors à classer dans le top 10 de votre aïkidothèque personnelle.

Auteurs : Goi Masahisa
Editeur : Editions du Cénacle de France, 2007
ISBN : 4-89214-166-6

Publicités
Galerie | Cet article, publié dans Critiques de livres, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Celui qui unit Ciel et Terre

  1. Eric dit :

    Merci pour cet article qui me donne envie de lire ce livre… et je le ferai depuis le temps que je voulais en savoir plus sur ce personnage…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s